Centre de rééducation de l'Hôpital du Jura

Rééducation

La rééducation mandibulo-faciale

A pour but de rendre les fonctions de mastication, de phonation chez un sujet  atteint d’une affection d’origine traumatique rhumatismale ou neurologique.


La rééducation urogynécologique

Initialement, la rééducation uro gynécologique féminine se résumait à une prise en charge prophylactique dans le post-partum. Progressivement, elle s’est  adressé  à d’autres pathologies, seule ou en complément d’un traitement médical ou chirurgical.

Actuellement, les résultats de l’examen clinique et des données para cliniques, notamment  uro-dynamique, permettent l’application de techniques rééducatives de plus en plus précises.

Cette évolution se retrouve notamment dans les trois types de techniques les plus utilisées:

  • La rééducation manuelle concerne, outre les muscles élévateurs de l’anus, les muscles bulbo spongieux.
  • Le biofeedback permet de travailler de plus en plus la contraction musculaire sur le plan qualitatif.
  • L’électrostimulation peut privilégier l’action de différents groupes de fibres musculaires toniques ou phasiques.

Outre ces techniques endo-cavitaires, la rééducation évolue également vers une prise en charge globale de la sphère abdomino-pelvienne. Elle trouve donc ses indications dans la prise en charge du post-partum, de différentes pathologies urinaires et gynécologiques. Mais, dans certains cas, elle doit prendre en compte des pathologies associées telles qu’un  déséquilibre périnéo-abdomino-diaphragmatique, un problème  ano-rectal, un problème sexuel ou enfin une symptomatologie douloureuse.

Si la prescription nécessite un intitulé précis, permettant d’affirmer l’application de l’ensemble de ces techniques et de les adapter à la nomenclature. Le nombre de séances est variable selon la pathologie mais dépasse rarement 30 séances en première intention. Par contre, comme tout système musculaire, le plancher pelvien doit bénéficier d’un entretien annuel de quelques séances. La réussite de ce traitement rééducatif dépend essentiellement de plusieurs facteurs : la qualité du thérapeute, de sa formation, de son esprit d’intégration dans un travail d’équipe pluridisciplinaire mais également de la motivation de la patiente.

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.